HAITI : bilan de la première phase du PROCEDH

d.desplanques
1 Juin 2016

Voir l'article original sur le site de Solidarité Laïque

Le Réseau Education et Solidarité est investi dans le PROCEDH en Haïti, programme collectif pour le développement de l’éducation et du dialogue social. Le RES agit en particulier sur les aspects d’éducation à la santé avec MGEN, et d’éducation et plaidoyer pour la protection sociale avec le CIESS. Bilan à la fin de la première phase de ce programme.

 

En 2014, Haïti a connu une situation éducative complexe avec une instabilité politique chronique depuis plusieurs années (quatre ministres de l’Éducation en trois ans !) qui a compliqué la mise en place effective de la première phase du Programme collectif pour le développement de l’éducation et du dialogue social en Haïti (PROCEDH).

Néanmoins, ce programme, de juin 2011 à juillet 2014, a permis plusieurs avancées.

  • Créer une vision commune de ce que doit être l’éducation en Haïti et du rôle que doit jouer la société civile dans ce domaine. Aujourd’hui, pour l’ensemble des membres du PROCEDH, il est clair que l’éducation en Haïti doit être de qualité et pour toutes et tous, notamment au sein d’un système éducatif public, performant et gratuit. L’éducation participe à la socialisation des citoyens et des  citoyennes:  conscients de leurs droits, ils deviennent acteurs de  leur  propre  développement  en  assumant leurs devoirs et leurs responsabilités. Il est de la responsabilité de l’État de garantir toutes les conditions d’une éducation de qualité et il appartient à la société civile d’y veiller et d’y contribuer.
  • Proposer un espace de réflexion et de production de documents de référence : action de défense du dialogue social et de la protection sociale repris par  les  acteurs  institutionnels (MENFP, ONA, OFATMA).
  • Construire un espace de structuration de  partenariat  entre  organisations de la société civile françaises et haïtiennes, pouvoirs publics, autorités locales haïtiennes (MJSAC, MENFP, INFP, mairie de Port-au-Prince), autorités  locales  françaises  (conseils régionaux Île-de-France et Bretagne, conseils généraux des Côtes-d’Armor et des Vosges, etc.) et organisations internationales (CIESS, RES).
  • Impliquer activement des acteurs des DOM/TOM, et plus particulièrement des organisations guyanaises (ADOSEN/MGEN) et martiniquaises (Francas.)
  • Renforcer la reconnaissance et la légitimité des  organisations  haïtiennes, notamment syndicales, aux yeux  des  pouvoirs  publics  haïtiens (MENP, DDE de la Grand’Anse), mais également auprès de la population.
  • Permettre une  réciprocité  des actions  entre  acteurs  français  et haïtiens, notamment grâce aux jumelages pédagogiques et aux partenariats éducatifs

Focus sur les actions réalisées en 2014

Éducation formelle

  • 12 conseillers  pédagogiques  ont bénéficié  d’un  cycle  de  formation complet en consolidation de compétences pédagogiques.
  • 47 directeurs d’établissement du réseau des 4 Efacap (écoles de formation des  maîtres)  de  la  Grand’Anse ont bénéficié d’une formation complète en gestion administrative et budgétaire.
  • Les 2 centres de formation professionnelle (rattachés  à  l’INFP)  des Gonaïves et des Cayes ont reçu un accompagnement pour rationaliser leur gestion administrative avec une dernière mission d’expertise mise en place par le GREF.

Éducation populaire

  • Finalisation de  la  formation  de l’animateur responsable du foyer de Roseaux (certification BAFA).
  • 2e stage de  formation  au  métier d’animateur pour 27 jeunes du département de la Grand’Anse.
  • Production d’un référentiel de la fonction d’animateur.
  • Finalisation des projets éducatifs dans des jumelages pédagogiques

Éducation à la Santé

Activités de sensibilisation à l’hygiène et  d’éducation à la sexualité dans un collège de Guyane et des lycées de Port-Au-Prince

Protection Sociale

Réalisation d’une épreuve pilote de formation d’éducation à la protection sociale dans 2 lycées de Port-Au-Prince (près de 80 élèves concernés et 8 enseignants formés).

Dialogue Social

  • Renforcement des 10 mini-réseaux départementaux qui sont constitués par des syndicats d’enseignants, des associations de parents d’élèves, des associations de jeunes…
  • Poursuite de la diffusion nationale d’une plaquette de défense de l’éducation. Plus de 150 enseignants, une dizaine de maires et de députés ont été sensibilisés grâce à des réunions publiques et des émissions de radios (Jéremie, Hinche, Terrier Rouge). Un accord historique a été signé entre les syndicats et le MENFP qui a entraîné, entre autres, une hausse des salaires, des  créations  de  postes d’enseignants, une meilleure protection sociale.

Et maintenant, quelles suites donner au PROCEDH?

La deuxième phase du programme se terminera en 2017. Elle permettra de finaliser le processus de contribution au développement d’une éducation de qualité et au renforcement de la place de la société civile dans la définition, l’élaboration et l’évaluation  des  politiques  éducatives  haïtiennes.

Pour  cela,  le  PROCEDH, dans sa deuxième phase, amplifiera les premiers acquis, fera converger les champs thématiques (éducation formelle, éducation populaire, éducation à la santé, dialogue et protection sociale) et associera davantage les partenaires, dont les pouvoirs publics locaux. 

Enfin, il partagera ses expériences et ses résultats dans une logique de capitalisation et de mutualisation des bonnes pratiques.

Dans cette phase, il se concentrera aussi sur des zones géographiques exemplaires  et  pour  plus  d’impact local : communes de Dame-Marie et de Jérémie, zone métropolitaine de PAP (essentielle pour peser directement sur les politiques publiques nationales), commune des Gonaïves (le PROCEDH y a créé une dynamique territoriale autour du centre de formation professionnelle).

Par ailleurs, le programme accroîtra sa légitimité grâce au renforcement des compétences des organisations membres  haïtiennes. Il  articulera son  action  avec  les  différents  réseaux de coopération internationale présents en Haïti (CLIO, Cluster Éducation). Son objectif sur ce dernier point sera de pérenniser ses actions et  de  capitaliser  et  multiplier  ses processus et ses méthodes d’intervention