[PROJET] L'ENQUETE SANTE AU TRAVAIL PRESENTEE A LA CONFERENCE ANNUELLE DE L'AEIP

d.desplanques
9 Septembre 2016

L’enquête santé au travail menée en 2014 et 2015 a débouché sur la production de 7 rapports pays et d’un rapport comparatif mondial. Le travail de diffusion des résultats à démarré à la rentrée 2015 avec une première présentation lors de la conférence annuelle de l’AEIP à Venise, en Italie.

L’Association Européenne des Institutions Paritaires de la Protection Sociale s’est réunie à Venise le 12 novembre. Le colloque a permis d’aborder les sujets de santé au travail et de santé mentale. Le Réseau Education et Solidarité est intervenu pour présenter à la fois son organisation, et le travail mené sur la santé au travail des professionnels de l’éducation.

Lors du Congrès triennal Mondial sur la Santé et la Sécurité au Travail en 2014, le Directeur Général de l’OIT Guy Ryder a souligné la nécessité vitale de disposer de données fiables: «Nous vivons à l’ère de l’information où les responsables politiques ont accès à des données sur toutes les questions. Mais en matière de santé et de sécurité au travail nous manquons de données pour élaborer et mettre en œuvre des politiques et des programmes fondés sur des données factuelles. C’est un échec — un manque de volonté politique également».

C’est dans ce contexte que le RES a lancé un projet d’enquête internationale sur la santé au travail des professionnels de l’éducation, avec ses organisations membres de France, Etats-Unis, Canada, Australie et Mexique.

Le questionnaire, composé de 38 questions tirées d’enquêtes reconnues de l’OMS et de l’OCDE, était disponible en ligne et en version papier. Il était inspiré d’une vision large de la santé, celle donnée par l’OMS dans le préambule à sa Constitution: “La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité”. La spécificité de notre enquête était sa double dimension: statistiques descriptives d’une part, mais également croisements statistiques d’autre part, afin de trouver quels facteurs influencent la satisfaction en santé et en qualité de vie des professionnels de l’éducation.

Nous avons recueilli plus de 3000 réponses à travers le monde, et réalisé 7 rapports pays ainsi qu’un rapport comparatif global. Voici quelques résultats :

Etat de satisfaction

  • Les travailleurs de l’éducation sont globalement satisfaits de leur santé et de leur qualité de vie

    • Les Etats-Unis et l’Australie sont plus satisfaits que la France et le Canada

  • Les jeunes sont moins satisfaits que les personnes âgées au sujet de leur accès aux soins

  • Les travailleurs de l’éducation sont très satisfaits de leur relations avec les élèves (81% de satisfaits) et avec leurs collègues (75%)

    • Cela contribue à améliorer leur satisfaction en matière de santé, et à diminuer leurs sentiments négatifs

  • Cependant, ils sont moins satisfaits de leurs relations avec les parents (60% de satisfaits) et avec l’administration (51%)

  • En ce qui concerne le soutien de l’employeur, seulement 39% des répondants sont satisfaits. Cela contribue à augmenter les sentiments négatifs.

Facteurs déterminant la satisfaction en santé et en qualité de vie

  • Le facteur le plus déterminant sur la santé et la qualité de vie est l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle

  • Ce facteur entraîne dans tous les pays une diminution des sentiments négatifs qui affectent la capacité de travailler

  • Le problème est que la satisfaction au sujet de l’équilibre vie pro/vie perso est plutôt basse dans l’ensemble des pays, le pire étant le Canada avec seulement 27% de satisfaits. En France, 42% sont satisfaits.

Les autres facteurs qui influencent la satisfaction en matière de santé et de qualité de vie sont, par ordre d’importance:

  • L’argent (seulement 46% sont satisfaits de leur salaire)

  • La relation avec les collègues et les élèves

  • L’accès aux soins

Le principal facteur permettant de diminuer les sentiments négatifs qui affectent la capacité de travailler sont, par ordre d’importance:

  • l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle

  • la relation avec les collègues et les élèves

  • le soutien de l’employeur et une bonne relation avec l’administration

  • le soutien du syndicat

Les membres du RES ont décidé de continuer à mener des enquêtes de la sorte, avec plus de répondants par pays, plus de jeunes dans les échantillons, plus de pays à comparer. Par ailleurs, un focus sur la santé mentale et les risques psychosociaux est prévu. Ces travaux doivent permettre de monter des campagnes de plaidoyer et des programmes concrets visant à améliorer la santé des communautés éducatives, et de fortifier le lien entre syndicats et mutuelles de l’éducation.