Espagnol English Français

Rejoignez-nous sur facebook

 

base-line-fr

Rejoindre le réseau

Votre organisation, à travers son action et ses projets, partage les objectifs du Réseau Education et Solidarité. Elle souhaite s'associer à sa démarche.

» Accéder au formulaire

4. Actualités
MOBILISATION POUR UNE EDUCATION DE QUALITE LORS DE LA CONFERENCE MONDIALE DES FEMMES A DUBLIN PDF Imprimer Envoyer

Du 7 au 9 avril 2014 a eu lieu à Dublin la 2e Conférence Mondiale des Femmes, organisée par l’Internationale de l’Education. Le Réseau Education & Solidarité avait délégué sur place sa Chargée de mission pour échanger avec les autres participants au sujet de la santé à l’école des élèves et des enseignant-e-s, un élément essentiel à une éducation de qualité.


 

Au programme : conférences et ateliers afin de discuter de la place des femmes  dans les syndicats de l’éducation et de leur rôle en matière d’éducation, notamment sur les questions de genre. L’objectif 2014 : le passage des paroles aux actes. Environ 400 délégué-e-s syndicalistes du secteur de l’éducation, dont 70% de femmes, sont venu-e-s des quatre coins du monde pour échanger sur leurs expériences personnelles et proposer des solutions pour une éducation de qualité.

 

La conférence s’inscrivait fortement dans la campagne mondiale de l’IE « Uni(e)s pour une éducation de qualité », qui s’articule sur trois piliers forts : l’accès universel et gratuit à des enseignant-e-s de qualité ; des ressources et des outils pédagogiques modernes ; et des environnements sûrs et propices à l’enseignement et à l’apprentissage.

 

La Présidente de l’IE, Susan Hopgood, a rappelé lors de ses diverses interventions que les efforts devaient garantir aux filles « une éducation de qualité, et pas uniquement un siège dans une salle de classe ». Elle a rajouté : « L’éducation de qualité représente un élément fondamental à la réalisation de tous les autres objectifs de développement, dont […] la santé, la nutrition […]. »

 

On retrouve dans les mots de Susan Hopgood l’intuition profonde du Réseau Education & Solidarité : une éducation de qualité nécessite la bonne santé des enseignants et des élèves, mais l’amélioration de la santé passe en partie par l’éducation et la mobilisation des professionnels de l’éducation. Dans ce cadre, nous avons pu mettre en avant notre valeur ajoutée auprès des enseignant-e-s  et autres travailleuses de l’éducation.

 

A travers de nombreux entretiens menés sur place, nous avons constaté l’intérêt grandissant des syndicats pour les questions de santé et la variété des actions entreprises : éducation à la santé et campagnes de prévention ; études sur les maladies professionnelles des enseignants dans le but de les faire reconnaître ; proposition et construction de dispositifs de protection santé pour les enseignants ; mobilisation pour la défense des systèmes de protection sociale… Dans les mois qui viennent, le Réseau approfondira les enquêtes initiées à Dublin afin d’obtenir une mesure plus complète des initiatives des syndicats de l’éducation sur les questions de santé.


Dublin a également été l’occasion d’aborder la problématique du recrutement des jeunes générations, un défi crucial pour de nombreuses organisations syndicales des pays vieillissants. Le Réseau Education & Solidarité a participé à divers ateliers sur la question. Le partage de bonnes pratiques a permis d’identifier quelques recettes originales, notamment celle consistant à réserver aux jeunes un espace de représentation et de discussion au sein du syndicat afin que leurs problèmes spécifiques soient mieux connus et mieux traités. Les diverses propositions ont confirmé la pertinence de notre projet « Communauté virtuelle de jeunes professionnels de l’éducation », visant à proposer aux jeunes enseignants un espace d’échange et de solidarité en ligne.


La conférence a donc été très riche et a amené de nombreuses pistes de travail concrètes, à la fois pour le Réseau et pour les syndicats de l’éducation !

 
FORMATION SYNDICALE ET EDUCATION A LA SANTE EN MOLDAVIE PDF Imprimer Envoyer

Au cours d’une session de formation syndicale, les enseignants et conseillers pédagogiques moldaves se sont approprié le thème de l’éducation à la santé à l’école.

 

 

En Moldavie, les conditions de vie et de travail des enseignants sont extrêmement difficiles. Début 2013, l’ESTU (Syndicat des Enseignants et de la Science moldave) s’était tourné vers le Réseau Education et Solidarité et l’UNSA Education afin d’améliorer les capacités syndicales de ses jeunes militants et de leur fournir les outils leur permettant d’argumenter et d’obtenir des conditions de vie dignes.

 

Du 17 au 22 mars 2014, trois sessions de formation syndicales de deux jours chacune ont été organisées par l’UNSA Education et le Réseau Education et Solidarité, avec le soutien de l'Internationale de l'Education. Au total, 45 enseignants et conseillers pédagogiques moldaves ont participé aux ateliers. La formation syndicale portait sur les techniques de communication orale, d’animation d’une réunion permettant de mettre en œuvre, à terme, une négociation. Ces techniques visaient à construire un message, informer, récolter des avis et bien évidemment convaincre. La formation accélérée s’est concentrée sur deux jours alternant théorie et exercices pratiques de mise en situation, filmés.

 

L’un des ateliers consistait à convaincre des collègues enseignants de l’intérêt de l’éducation à la santé dans les écoles. Deux des participants disposaient de quinze minutes pour préparer leur réunion ; ils devaient choisir au sein d’une liste d’arguments ceux qu’ils considéraient les plus percutants pour convaincre leurs collègues. Afin de reconstituer une vraie réunion descendante, les autres stagiaires préparaient, de leur côté, des arguments répondant à des scénarios permettant d’approcher de la réalité. A savoir : des opposants farouches, des sceptiques blasés, des peureux inquiets, des perturbateurs impolis, et enfin des personnes réceptives et favorables à l’idée.

 

Les participants ont très bien joué le jeu. Cet exercice filmé et analysé représentait un quart de la formation.  La formation terminée, les participants ont reçu un certificat attestant de leur participation complète et active à ce séminaire. Le bilan a été extrêmement positif puisque le président de l’ESTU souhaite renouveler l’expérience pour 45 autres membres du syndicat et ce sous le même format. L’exercice présente un intérêt certain : il permet le renforcement des capacités syndicales des participants et les sensibilise au thème de l’éducation à la santé à l’école. Ce sujet, qui figure rarement au centre des préoccupations syndicales, fait pourtant l’objet de plusieurs résolutions de l’Internationale de l'Education.Cette première sensibilisation des enseignants pourrait être suivie d'une formation plus poussée sur le thème de la protection sociale.

 

Le formateur de l’UNSA Education, Fabrice Séchet, et l’animatrice, Hélène Hemet (Secrétaire nationale) ayant construit spécifiquement l’exercice afférant à l’éducation à la santé estiment que ce choix, comme sujet de travail, est très pertinent. Le fait qu’il ne s’agisse pas d’un thème syndical habituel a forcé les participants à sortir de leur cadre et de leurs automatismes. L’UNSA Education, sur avis du formateur et de la Secrétaire nationale est favorable non seulement à conserver ce module au sein des formations UNSA Education, mais également à le répliquer dans d’autres pays – d’autant plus que le module a été conçu de manière à permettre une traduction simultanée et que l’UNSA Education était porteur de la résolution au 6ème congrès de l’Internationale de l’Education.

 

Une expérience réussie donc, qui mérite certainement d'être renouvelée ailleurs...

 
LA COMMUNAUTE EDUCATIVE MOBILISEE POUR LA SANTE EN HAITI PDF Imprimer Envoyer

Le 27 et 28 mars dernier s'est tenu dans les locaux de la MGEN le comité de pilotage du Programme Collectif pour le Développement et le Dialogue social en Haïti "PROCEDH - TETE ENSEMBLE".

 

 

Initié par SOLIDARITE LAIQUE avec des acteurs de l'éducation français et haïtiens, le programme touche à la fin de sa première phase (juin 2014). Le Réseau est partenaire de ce programme dont l'objectif général est de promouvoir une éducation de qualité en Haïti en mobilisant les acteurs locaux.

 

Le Réseau a pour sa part été chargé de la coordination d'un axe de travail portant sur la protection sociale. Nous avons ainsi travaillé avec nos partenaires locaux, dont les 3 syndicats membres de l'Internationale de l'Education (CNEH, UNNOH, FENATEC) autour de deux actions :

  • sensibilisation et mobilisation autour de la protection sociale santé des professionnels de l'éducation ;
  • programme pilote d'éducation à la protection sociale pour des jeunes de l'enseignement secondaire.

 

Sur le premier sujet, les acteurs haïtiens ont fait un remarquable travail de sensibilisation aux droits à la protection sociale santé des professionnels de l'éducation, autour d'un document d'explication et de plaidoyer qui a été diffusé et commenté, puis utilisé, dans l'ensemble des 10 départements du pays. Ainsi, des réunions de travail avec les organismes en charge de la sécurité sociale (ONA, OFATMA, GSP) ont permis de dégager des pistes pour améliorer l'accès aux soins et aux établissements de santé, et accélérer les délais de remboursement des dépenses engagées pour leur santé par les professionnels et leurs familles. Les acteurs engagés dans cette action ont unaniment reconnu l'intérêt d'un tel travail, "stimulant et porteur d'espoir".

 

Reste le chantier de l'éducation à la protection sociale. Avec le CIESS (Centre Interaméricain d'Etudes de la Sécurité Sociale) basé à Mexico et membre du Réseau, un séminaire de travail sera réalisé en mai 2014 auprès d'enseignants de deux lycées de Port au Prince pour mettre au point le contenu d'un module éducatif portant sur la solidarité. Ce module sera ensuite testé en classe dans les deux lycées.

 

Lors du Comité de Pilotage du programme qui s'est tenu à Paris la semaine dernière, la décision a été prise de lancer une deuxième phase du programme "TETE ENSEMBLE" dans laquelle le Réseau devrait voir sa place renforcée, avec notamment un engagement plus fort de l'IE. La MGEN, qui était engagée pour sa part dans une action d'éducation à la santé, sera également partie prenante de cette deuxième phase.

 
LA MUTUELLE DES PROFESSIONNELS DE L’EDUCATION DU MENA AU BURKINA FASO: UN PROJET QUI PREND FORME ! PDF Imprimer Envoyer

Lors d’une semaine intense, du 17 au 21 février dernier, les acteurs engagés dans le projet de création d’une mutuelle des professionnels de l’éducation du MENA ont fait un grand pas en avant dans la concrétisation de ce programme.

 

 

L’étude de faisabilité sur la création de la mutuelle a été close lors du Comité de Pilotage du 19 février. Les résultats présentés et les conclusions tirées par l’étude (v. encadré) ont été partagés et acceptés par tous les interlocuteurs consultés. La qualité du travail effectué par l’ONG ASMADE avec les syndicats du MENA (parmi lesquels un membre du Réseau Education et Solidarité, le SNEAB) a été unanimement reconnu.

 

Les rencontres avec les syndicats de l’éducation, couvrant aussi bien les personnels du MENA que des publics larges ont démontré l’intérêt de tous pour la démarche de couverture du risque santé par une mutuelle. La grande majorité de ces syndicats, couvrant des personnes concernées par le périmètre actuel, a dores et déjà confirmé son engagement dans le processus de création. L’ouverture a été faite auprès des autres organisations professionnelles, dans une optique de couverture de tous les personnels de l’éducation à terme ; ils consulteront leurs instances et leur base dans un délai rapproché avant de confirmer leur engagement.

 

Le Gouvernement du Burkina, par la voix du Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Protection sociale, et la Ministre du MENA, ont confirmé l’engagement des autorités nationales à soutenir le projet, dont le caractère pilote et l’effet levier dans le processus de mise en place de l’assurance maladie universelle pour 2015 a été souligné.

 

Le cadrage du programme de travail qui se déroulera sur trois ans, fera l’objet d’un document de projet.

 

Le financement de ce programme sera recherché auprès d’institutions ayant une vision de la stratégie globale santé du pays, en priorité l’AFD et l’Union Européenne, ou souhaitant accompagner un effort de mobilisation de la société civile, en priorité les acteurs luxembourgeois, à travers le contact établi par le biais d’OGBL et son syndicat de l’éducation SEW.

 

Le processus de mise en œuvre va donc être engagé dans les semaines à venir par l’ensemble des acteurs ci-dessus, avec le soutien technique de l’ONG ASMADE et les apports en expertise et en formation des partenaires historiques du projet, MGEN, SOLIDARIS et CSQ, rassemblés au sein du Réseau Education et Solidarité. La définition de l’apport des différents partenaires fera l’objet d’une convention cadre, et les travaux seront menés sous l’égide d’un Comité de Pilotage rassemblant un représentant de chacun des syndicats ainsi qu’un représentant de chacun des autres partenaires, sous animation du Réseau Education et Solidarité. Les financeurs seront associés au comité en tant qu’observateurs.

 

 

---

Parmi les principales conclusions de l’étude de faisabilité remise le 19 février 2014 :

  • confirmation à la quasi-unanimité de la volonté des professionnels de l'éducation de s'engager dans la création d'une mutuelle dont ils souhaitent être les acteurs ;
  • définition d'un panier de soins prioritaire dont les professionnels de l'éducation souhaiteraient être bénéficiaires avec leur famille ;
  • cadrage d'une fourchette de cotisation que les professionnels de l'éducation seraient prêts à acquitter.

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 5