Des jeunes formidables et… responsables !

Louise Magnard
2 Octobre 2020

Une tribune de Latitude Jeunes 

Depuis 6 mois, il est monnaie courante de voir apparaitre dans les médias des articles et sujets traitant de l’attitude des un·e·s et des autres face au coronavirus. Parmi les groupes pointés du doigt, les jeunes sont sans conteste les plus blâmé·e·s.

Depuis le début de la crise, certains médias s’évertuent à démontrer que les jeunes se sentent moins concerné·e·s que les adultes par les mesures sanitaires, qu’ils·elles font moins attention à limiter la propagation du virus, parfois même qu’ils·elles sont irresponsables…

On pouvait par exemple lire sur le site web de la RTBF des remarques telles que « Certains jeunes ont-ils des comportements inconscients ou ont-ils du mal à percevoir les dangers ? C’est ce qui ressort de plusieurs témoignages. » (1).

En juillet dernier, Franklin Dehousse, professeur à l’Université de Liège, dans une carte blanche de La Libre (2) allait jusqu’à écrire que « Cela ne sert visiblement à rien de leur parler de leur famille (qu’ils mettent en danger), ni du personnel de santé (qu’ils exposent à une nouvelle marée d’infections dans des situations risquées), ni des nombreux travailleurs dont la fonction interdit le confinement (dont ils aggravent les risques). On a bien compris que la morale, la justice ou le simple altruisme ne les intéressent pas. Parlons donc de la seule chose qui les intéresse réellement : eux-mêmes. ».

Bernard De Vos, délégué général aux droits de l’enfant, lui répondait par le même média, prenant la défense des jeunes (3). Ouf.

Autre illustration, après les débordements de cet été en Belgique et en France (les rassemblements festifs à Bruxelles et en Lozère, par exemple), BFM TV titrait « Covid-19 : les jeunes irresponsables ? » (4).

Bref, ces préjugés collent à la peau des jeunes depuis bien longtemps et la crise du covid-19 n'a pas arrangé cette image, exacerbée par les médias.

Au-delà du fait qu’il est dangereux et mensonger de faire une généralisation en parlant « des jeunes » (comme s’il s’agissait d’un groupe unique, dont tous les individus auraient des caractéristiques identiques et une seule façon de penser ou d’agir), il serait plus pertinent de les laisser faire entendre leur propre voix et d’écouter les professionnel·le·s de terrain qui viennent de passer un été avec ce groupe tant décrié.

C’est à ce titre que Latitude Jeunes, Organisation de Jeunesse partenaire de Solidaris, souhaite s’exprimer.

Notre sondage « Jeunes et confinement » (5), réalisé en mai 2020, donnait la parole à plus de 500 jeunes francophones. Il a révélé qu’une majorité de celle·ceux-ci trouvent que l’image des jeunes dans les médias est négative et tronquée. Beaucoup s’insurgeaient du fait qu’on n’y relève souvent uniquement les quelques cas où des jeunes outrepassent les règles. Morceaux choisis :

« Ils font passer les jeunes pour des insouciants alors que l'on est pas tous comme ça ».

« J'ai quand même l'impression que ce sont surtout les irresponsables qui sont affichés et ça m'attriste car cela affecte aussi les jeunes respectueux ».

« Dans les médias, on montre souvent les jeunes qui ne respectent pas le confinement, alors certes il y en a mais il y a aussi plein de jeunes qui ont pris des risques pour rendre service aux citoyens ou faire du bénévolat. Pour moi, les jeunes sont encore pointés du doigt pour leurs mauvaises actions mais pas les bonnes ».

 

 

Les jeunes Belges ne sont pas les seul·e·s à faire ce constat puisque une tribune, parue dernièrement dans les médias français, a relayé l'indignation d'une quinzaine de jeunes adultes qui refusent d'être les boucs-émissaire de cette crise (6).

Pour notre part, nous aimerions attirer l’attention sur le fait que, si les jeunes ont été les plus contrôlé·e·s et mis·e·s à l’amende pour non-respect du confinement, ce n’est pas forcément parce qu’ils·elles respectaient moins les règles que les adultes. C’est peut-être aussi parce que les adultes qui ne les respectaient pas avaient les moyens d’être plus discret·e·s : se rassembler chez soi plutôt que dans un parc, par exemple ; ou les moyens de mieux se défendre face à un·e représentant·e de l’ordre.

En outre, nous avons pu observer cet été, sur le terrain, des attitudes qui diffèrent largement de l’image que veulent donner les médias.

En juillet et en aout, Latitude Jeunes a accueilli plusieurs milliers de jeunes et d’enfants dans ses plaines et séjours résidentiels. Les jeunes qui ont encadré ces activités ont dû gérer une situation inédite, avec des protocoles stricts à respecter et faire respecter aux enfants qu’ils·elles encadraient. Ils·elles ont dû également faire face à une grande restriction de leurs libertés dans leur fonction d’animateurs·trices.

Pourtant, loin de se plaindre ou de prendre les règles à la légère, nos animateurs·trices ont mené cet été de main de maitre !

Chloé Burton, responsable de Latitude Jeunes Liège, nous explique :

« Bien sûr, certains jeunes ont été/sont trop insouciant·e·s ou irresponsables. Tout comme certain·e·s adultes aussi. Mais chez Latitude Jeunes, on a aussi et surtout vu cet été des jeunes donner de leur temps bénévolement pour permettre à des centaines d’enfants et d’ados de vivre un temps de vacances, se démener pour intégrer des protocoles complexes et changeants, faire preuve d’imagination pour adapter leurs programmes pédagogiques, respecter les mesures de précaution sanitaire sans inquiéter les enfants ni alourdir le quotidien. La situation était stressante, ils·elles auraient pu se désister mais ils·elles ont assuré ! »

Si d’aucun·e·s se permettent de qualifier « la jeunesse » d’irresponsable sur base de l’attitude de certain·e·s, alors nous voulons également la qualifier de citoyenne, solidaire et responsable sur base de l’attitude du plus grand nombre.

Nous pensons donc qu’il est important de relativiser l’image que les médias donnent encore trop souvent des jeunes… et de garder à l’esprit ce que résume bien la tribune déjà évoquée : « Si la jeunesse partage immanquablement les responsabilités d’un collectif relâchement de la vigilance, n’oublions pas qu’elle est aussi la principale victime de cette crise. » (6)

Pour conclure, nous aimerions surtout adresser un immense MERCI aux jeunes qui s’engagent avec nous pour donner accès à des vacances à des milliers d’enfants chaque année, qui réalisent un travail d’une qualité remarquable et sur qui on peut assurément compter !

Latitude Jeunes, Organisation de jeunesse partenaire de Solidaris

Sources :

1. https://www.rtbf.be/info/societe/detail_comment-sensibiliser-les-jeunes-aux-risques-du-coronavirus-les-stars-des-reseaux-sociaux-se-mobilisent?id=10458110

2. https://www.lalibre.be/debats/opinions/lettre-ouverte-aux-jeunes-imbeciles-qui-prennent-le-coronavirus-pour-un-probleme-de-vieux-cons-5f085ddb7b50a6139b13bb92

3. https://www.lalibre.be/debats/opinions/crise-sanitaire-entre-vieux-cons-on-peut-tout-se-dire-5f0c6d4f7b50a6139b1b82ce

4. https://www.bfmtv.com/replay-emissions/focus-premiere/covid-19-les-jeunes-irresponsables-27-07_VN-202007270057.html

5. http://www.latitudejeunes.be/resultats-du-sondage-jeunes-et-confinement/

6. https://www.leparisien.fr/societe/sante/tribune-face-au-rebond-de-l-epidemie-la-jeunesse-refuse-d-etre-le-bouc-emissaire-15-08-2020-8368383.php