E-santé et Plateforme de Lomé : retour sur l'assemblée générale de l’AIM à Luxembourg

Louise Magnard
27 Août 2019

Une centaine de mutualistes d’Europe, d’Amérique Latine et d’Asie se sont réunis dans la ville de Luxembourg fin juin à l’invitation de l‘Association Internationale de la Mutualité (AIM) et en partenariat avec la CNCM (Caisse Médico-Complémentaire Mutualiste du Luxembourg). Pendant 3 jours, la tenue de réunions de conseil d’administration, de commissions régionales et de la 39e Assemblée générale ont permis aux membres de faire un point sur leurs activités respectives et d’échanger sur diverses dynamiques propres aux mutuelles et prestataires de santé.

Moderniser les systèmes informatisés d’information et de gestion des mutuelles : l’intérêt du numérique

Les thèmes de la e-santé et des systèmes informatisés d’information et de gestion des mutuelles étaient au centre des rencontres.

En ouverture de la Commission Amérique Latine, Hervé Barge, directeur général de l'agence eSanté Luxembourg a présenté la plate-forme nationale d'échange et d'échange de données pseudonymisées sur la santé qui permet aux patients d'accéder à toutes les informations relatives à leur santé et aux professionnels de santé d'accéder aux dossiers médicaux électroniques des patients.

Les membres de l’Uruguay (UMU), Argentine (CAM) et Colombie (Gestarsalud) ont présenté les développements de la santé électronique dans leurs pays respectifs et leurs défis : interopérabilité technologique et sémantique, formation des acteurs, engagement des gouvernements et adaptation des cadres réglementaires, sécurité des données et protection de la vie privée des patients, entres autres.

La Plateforme de Lomé au cœur du débat

Lors du comité Afrique et Moyen-Orient et de l’Assemblée Générale, les participants ont analysé les progrès advenus et prochaines actions à mener au niveau national et international suite à l’adoption le 23 janvier 2019 de la plateforme de Lomé durant la conférence de Lomé au Togo. La plateforme de Lomé propose une stratégie en faveur de la pérennité du mouvement mutualiste ; elle appelle à l’élaboration d’un cadre juridique pour les mutuelles au niveau national et à sa mise en application afin d’assurer une prestation uniforme de services, une synergie entre les acteurs sur le terrain et une assurance obligatoire. La plateforme de Lomé fait aussi office de support de plaidoyer au niveau international.

Les experts en systèmes de santé et protection sociale présents ont souligné que la plateforme de Lomé constitue un pont entre la protection sociale universelle et la couverture sanitaire universelle, et invité les mutuelles à se rapprocher du partenariat UHC ou encore de la coalition mondiale pour les socles de protection sociale.

Les mutuelles et le système de santé luxembourgeois

Au long des rencontres, les intervenants luxembourgeois, dont Romain Schneider, ministre luxembourgeois de la Sécurité Sociale, ont présenté l’histoire et les évolutions du système de santé luxembourgeois, décrit comme l’un des meilleurs de l’UE. La nouvelle loi encadrant les mutuelles, en vigueur le 1er janvier 2020, octroiera plus de flexibilité, de sécurité juridique aux mutuelles et préservera le principe de solidarité.  

Elections européennes et santé

Lors de la commission des affaires européennes, une table ronde sur les « résultats des élections européennes et leur impact sur la santé » a été l’occasion de réaffirmer le caractère essentiel du travail des mutuelles et du principe de solidarité dans le contexte actuel. Le député européen et ancien ministre luxembourgeois de l’Economie sociale Nicolas Schmit a défendu la nécessité d’un cadre européen pour les mutuelles ainsi que la possibilité pour les mutuelles de travailler de manière transfrontalière. Les intervenants et membres ont souligné la forte attente des citoyens pour une Europe sociale et l’importance de mettre en lumière les sujets de la promotion de la santé et de la prévention des maladies sur le devant de la scène européenne.  

Le président de l’AIM, Christian Zahn, a confirmé que « l’AIM saisira toutes les opportunités découlant des défis qui nous attendent et contribuera à bâtir une Europe plus sociale, avec la santé au cœur des préoccupations ».

Eduquer par et à l’économie sociale et solidaire : présentation du dispositif éducatif et citoyen Mon ESS à l’Ecole par l’ESPER

L’Assemblée a également été l’occasion de présenter aux membres de l’AIM le dispositif « Mon ESS à l’Ecole », porté par l'association L'ESPER, représentée par Caroline Ferguson. « Mon Entreprise Sociale et Solidaire à l’Ecole » consiste en la création, en classe, d’une entreprise de l’Economie Sociale et Solidaire par des collégiens et lycéens. La démarche de « Mon ESS à l’Ecole » a pour vocation de responsabiliser les jeunes en faisant d’eux des acteurs à part entière d’un projet entrepreneurial, collectif et d’utilité sociale. Plusieurs membres de l’AIM se sont montrés intéressés par l’initiative.

A l'occasion de l'Assemblée générale, le Présidium de l’Association Internationale de la Mutualité a également été reçu en entretien par le Grand-Duc du Luxembourg, qui s'est montré très intéressé par le fonctionnement des mutuelles.

© Cour grand-ducale / Claude Piscitelli

Les présentations, rencontres et échanges d’expériences et ont confirmé l’importance pour les organisations membres de l’AIM de travailler ensemble. Les délégués des organisations membres auront l’occasion de se réunir à nouveau en novembre 2019 à Bruxelles, pour la prochaine Assemblée Générale de l’AIM.

Résumé de l’Assemblée Générale de l’AIM ici