Réuni à Lomé, le mouvement mutualiste international fait un pari pour le XXIème siècle

Romain Chave
21 Février 2019

L’Association Internationale de la Mutualité a organisé les 22 et 23 janvier 2019 à Lomé sa conférence internationale « Le Pari de la Mutualité pour le XXIème Siècle ». La conférence a réuni plus de 200 mutualistes africains et européens, rassemblés dans le but d’envoyer un message fort quant aux besoins pour le développement de la sécurité sociale en Afrique.

Durant la première journée de la conférence, participants mutualistes, organisations internationales ainsi que responsables gouvernementaux ont discuté de thèmes-clés pour le développement de politiques de couverture de santé universelles (l’appui sur la solidarité mutualiste afin d’assurer des soins de santé de qualité au plus grand nombre, l’adhésion obligatoire aux mutuelles de santé ainsi que la délégation de gestion aux mutuelles de santé), ce qui a permis d’amener les revendications mutualistes au plus près des décideurs politiques.

La deuxième journée a culminé dans l’adoption de la Plateforme de Lomé, le résultat d’un processus de consultation mené par le mouvement mutualiste afin de déterminer ses besoins pour sa contribution effective aux politiques de couverture de santé universelle. La plateforme contient à cet effet trois revendications:

  1. Au rang de l’engagement politique, le mouvement mutualiste demande le renforcement et la mise en œuvre d’un dispositif légal des mutuelles de santé et des mesures d’application garantissant leur viabilité d’un point de vue institutionnel, technique, financier et fonctionnel.
  2.  Au rang de l’adhésion obligatoire, le mouvement mutualiste demande l’instauration et la mise en œuvre effective de mécanismes d’adhésion obligatoire à la couverture sanitaire pour l’ensemble de la population, reposant sur un processus évolutif, allant de la conception, aux phases de transition et à l’implémentation.
  3. Au rang de la délégation de gestion, le mouvement mutualiste demande la gestion et l’organisation de la CSU reposant sur une délégation de gestion confiée aux mutuelles par l’État.

La plateforme interpelle dans ce cadre les organisations internationales, régionales et sous-régionales ainsi que les responsables gouvernementaux et leur confie la tâche de mettre en oeuvre ces revendications. Il revient en outre au mouvement mutualiste de veiller à la réalisation de ces objectifs.

Le rapport de la conférence est disponible ici.

La version provisoire de la Plateforme de Lomé est disponible ici.

Les photos sont disponibles ici.

Cet article a été rédigé et publié à l'origine par l'Association Internationale de la Mutualité.