La Francophonie engagée contre la marchandisation de l’éducation

Romain Chave
2 décembre 2016

Les chefs d’État des pays membres de la Francophonie, réunis les 26 et 27 novembre 2016, à Antananarivo, à l’occasion du XVIe Sommet de la Francophonie ont signé une déclaration forte contre la marchandisation de l’éducation et pour une éducation de qualité pour toutes et tous. Ils ont rappelé leur attachement à une éducation publique, gratuite et de qualité et incitent leurs pairs à prendre des mesures pour promouvoir des dispositifs institutionnels efficaces de régulation des acteurs privés de l’éducation, afin de garantir la qualité et l’équité des services éducatifs.

La déclaration appelle de ses voeux l’augmentation du nombre d’enseignants qualifiés qui constitue “un moyen de favoriser la réussite scolaire et l’accès d’un plus grand nombre de jeunes à la connaissance.”

L’accès aux soins de santé est aussi identifié comme une réponse à la pauvreté, et un pré-requis pour la paix et pour une croissance économique inclusive. La déclaration est disponible dans son intégralité ici.

Cérémonie d’ouverture du sommet de la Francophonie à Madagascar: Slam engagé, contestation d’une jeunesse

[VIDEO::https://www.youtube.com/watch?v=zMm-2UHsJBU::normal]

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les dernières actualités