Syndicat des enseignants de Tanzanie : « La paix, on la bâtit à l’école, pas sur un champ de bataille »

Romain Chave
28 février 2017

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre syndicat ?

Je m’appelle Alphonso Mukoba. Je préside la Tanzania Teachers’ Union (TTU), un syndicat qui compte environ 280 000 membres. Ce syndicat a été créé en 1993 et est composé d’enseignants du primaire et du secondaire, ainsi que de professionnels du Ministère de l’Éducation, de la Science, et de la Technologie.

L’activité principale de la TTU consiste à lutter pour les droits et le bien-être des enseignants tanzaniens. Nous avons mené de nombreux combats, en particulier celui de contraindre le gouvernement à financer l’allocation de retraite. Pendant longtemps, les autorités ont omis de payer cette allocation et de nombreux enseignants ont dû quitter leur activité sans aucun revenu. Les dettes accumulées s’élevent à plusieurs milliards de shillings tanzaniens. Je me souviens qu’une fois, nous avons poussé le gouvernement à verser aux enseignants 52 milliards de shillings ! Ce fut une grande victoire !

Combien gagne un enseignant tanzanien ?

Les salaires varient en fonction du diplôme. Un enseignant du secondaire en Tanzanie gagne environ 200 dollars par mois. Les enseignants titulaires d’un diplôme supérieur peuvent gagner jusqu’à 350 dollars par mois.

Quel sont les services fournis par la TTU à ses membres ?

Nous fournissons de nombreux services à nos membres. Nous considérons la formation des membres comme un rôle capital de notre syndicat. C’est pourquoi la TTU a développé une politique sur la formation avec l’organisation d’ateliers sur le développement professionnel et à l’action syndicale.

Nous avons également mis au point des services financiers et de crédit par le biais de notre société coopérative et de crédit. Nous apportons aussi des aides aux enseignants handicapés. La TTU peut également faire appel à un avocat pour défendre l’un de ses membres.

Quelle est l’organisation du système de protection sociale pour les enseignants tanzaniens ?

Il existe un fonds appelé le Fonds de pension du service public (« Public Service Pension Fund ») qui verse des allocations de retraite aux enseignants. Ils y cotisent à hauteur de 5 % de leur salaire tandis que l’état y contribue à 15 %. Une fois à la retraite, ils touchent une allocation mensuelle.

La couverture santé est gérée par le fonds national d’assurance santé. Ce fonds est financé par 6 % du salaire de l’enseignant (3 % payés par les enseignants et 3 % par l’état). Grâce à cette assurance, les enseignants bénéficient de la gratuité des soins. Toutefois, certains médicaments restent à leur charge.

Quels sont les principaux défis du système éducatif tanzanien ?

La pauvreté ! Les inégalités sont importantes en Tanzanie. Beaucoup de familles sont trop pauvres pour scolariser leurs enfants. L’école primaire et secondaire sont gratuites, mais elles représentent tout de même un coût car les parents doivent payer pour l’uniforme, les livres, etc. Trop de familles sont incapables de supporter le coût de l’école pour les enfants. Le travail des enfants constitue également un problème, notamment dans les régions minières où les enfants doivent quitter l’école pour travailler. De nombreuses jeunes filles restent à la maison pour s’occuper du foyer et de leurs proches.

Le second défi réside dans les conditions d’enseignement. Les enseignants ne sont pas bien payés. Ils peuvent se retrouver sans un sou le 15 du mois et avoir du mal à nourrir leur famille. Comment être un bon enseignant lorsqu’on est inquiet pour sa famille ? Bien souvent, ils ont tendance à quitter la salle de classe pour exercer d’autres activités plus rémunératrices, laissant les élèves sans professeur !

Il faut savoir que le budget de la défense de la Tanzanie est plus important que celui de l’éducation. Nous pensons que c’est absurde car la paix c’est à l’école qu’on la construit, pas sur un champ de bataille.

Quel est  le slogan de la TTU ?

Service et justice

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les dernières actualités